Facebook
Instagram
À propos | Contactez-nous | Publicité/Advertising

Le portail des professionnels
du voyage

Accueil Rubriques Carrières Photos Agenda Éductours Publications Agenda/Bottin Flash Voyages
Accueil > Articles
Imprimer  

Actualités du vendredi 10 avril 2015

Suggestion du REMI de puiser
dans le FICAV : l’industrie réagit



Un raz-de-marée d’objections et de réactions déferle actuellement chez les grands défendeurs et joueurs de notre industrie. Associations et le voyagiste Transat continuent de réagir vivement à l’annonce du
Regroupement des Évènements Majeurs Internationaux (REMI) d’envisager puiser dans les surplus accumulés dans le Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages (FICAV) pour financer des événements touristiques.

L’Association des Tours Opérateurs du Québec (ATOQ) réagissait d’abord par voie de communiqué en se disant « 
surprise que des organismes veulent s’approprier des fonds visant à protéger des voyageurs québécois ».

Rappelons que le Fonds a été mis sur pied
par les membres de l’industrie et par  l’Office de la protection du consommateur (OPC) et qu’à ce jour, c’est plus de 110 millions $ qui sont accumulés dans le FICAV.

« 
Pourtant, lorsqu’un consommateur se présente à l’OPC pour une demande de remboursement suite à une impossibilité de recevoir les services, l’OPC invitera systématiquement  le consommateur à déposer sa demande de remboursement auprès de sa compagnie de carte de crédit, évitant ainsi au Fonds de subir une ponction pour rembourser le consommateur floué. Dans ce contexte, nous ne sommes pas surpris de voir le FICAV se doter d’un si beau magot » commentait l’ATOQ.


Manon Martel
« Ce Fonds existe pour les consommateurs ! Il appartient à notre industrie » a réagit Manon Martel, directrice régionale de l’Association Canadienne des Agents de Voyages (ACTA), en ajoutant que « l’association est en total désaccord avec cette annonce. Ces organismes n’ont qu’à créer leur Fonds à eux s’ils veulent avoir recours à des sommes d’argent additionnelles. Ces organismes n’ont aucun rapport avec le FICAV ».


Jean-Marc Eustache
« Transat exhorte le gouvernement du Québec à s’assurer que le FICAV serve d’abord aux fins pour lesquelles il a été créé, ajoute Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction du Groupe Transat, par voie de communiqué également. Si on envisage consacrer les fonds excédentaires à la promotion internationale, des conditions doivent d’abord être remplies. »

« Transat déplore les tergiversations qui retardent la mise en place d’un processus de subrogation qui permettrait aux compagnies de cartes de crédit d’avoir accès au Fonds lorsque ce sont elles qui remboursent les clients dont le fournisseur de services de voyages est défaillant, souligne Monsieur Eustache.


« Ce dossier n’avance pas, et fait en sorte que le FICAV n’est tout simplement pas utilisé aux fins pour lesquelles il a été mis sur pied, c’est-à-dire ultimement agir comme premier payeur. À défaut d’un règlement adéquat à ce titre, aucune décision hâtive ne devrait être prise en ce qui concerne le futur du Fonds » précise Jean-Marc Eustache.


UN RAPPEL URGENT...


« L’Association des Agents de Voyages du Québec aimerait rappeler à tous les intervenants de l’industrie touristique québécoise ainsi qu’à quiconque aimerait mettre la main en tout ou en partie sur l’argent du Fonds, que ce Fonds est une protection financière et que sa mission première ne doit pas être changée pour financer des festivals ou une industrie hôtelière en mal de rentabilité » a pour sa part évoqué l’AAVQ par voie de communiqué, en ajoutant que « l
es agents de voyages ont travaillé fort pour se doter d’une législation adéquate et efficace. Le Fonds est une belle réussite. Nous allons nous assurer que ce Fonds remplisse sa mission. »

Transat scrute la problématique et ajoute que « le gouvernement, de concert avec l’industrie, doit déterminer quel est le montant cible minimum auquel le FICAV devrait être maintenu pour pouvoir remplir sa mission, qui consiste à s’assurer que les voyageurs puissent être remboursés en cas de faillite de leur prestataire de services. Dans la mesure où la loi le permettrait, seuls les montants excédentaires devraient, le cas échéant, être utilisés pour promouvoir le Québec à l’étranger comme destination touristique, poursuit Jean-Marc Eustache.


« Nous convenons que la révision du modèle d’affaires touristique québécois doit évoluer et nous appuyons la ministre dans ses efforts actuels; nous convenons que le financement fait partie de la discussion; et nous prenons note des suggestions des uns et des autres; mais un processus ordonné, qui tienne compte des priorités, est dans l’ordre des choses » a ajouté M. Eustache.


...ET DES DEMANDES AUSSI URGENTES


« Depuis plus de 10 ans, l’ATOQ travaille avec l’OPC et les processeurs de carte de crédit afin de trouver des solutions à cette impasse qui étouffe l’industrie du voyage. L’ATOQ demande à l’OPC de permettre aux processeurs de carte de crédit, avec les informations dont ils disposent, de faire une demande de remboursement de la somme versée au voyageur, étant donné que le voyageur a déjà payé sa protection via le FICAV » signale l’ATOQ.


« L’AAVQ est d’accord avec l’ATOQ et dénonce également la stratégie de l’OPC qui consiste à encourager les consommateurs à s’adresser d’abord à leur carte de crédit quand vient le temps de se faire rembourser un service non rendu, renchérit l’AAVQ. La facilité avec laquelle un consommateur peut obtenir de sa carte de crédit une rétro facturation avec en prime la bénédiction de l’OPC, est une réelle menace pour tout commerçant qui accepte les paiements par carte de crédit. »


Isabelle Chagnon


Mots clés : Regroupement des Évènements Majeurs Internationaux , REMI , Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages , FICAV , Association des Tours Opérateurs du Québec , ATOQ , Office de la protection du consommateur , OPC , Eustache , Transat , Association des Agents de Voyages du Québec , AAVQ ,






La dengue au Vietnam

Marriott International - Ouverture de Moxy London Stratford

Le marché de locations de vacances gagne s'offre un nouvel élan avec CanadaStays rapportant une augmentation de 74% de réservations de séjours en 2017

Accueil | Nos Rubriques | Carrières | Photos | À votre agenda | Éductours | Brochures | Bottin Allo Voyage | Flash Voyages | À propos | Contactez-nous
Politique de confidentialité | Politique de retour et de remboursement
Tout droits réservés © Tourisme Plus 2006