Facebook
Instagram
À propos | Contactez-nous | Publicité/Advertising

Le portail des professionnels
du voyage

Accueil Rubriques Carrières Photos Agenda Éductours Publications Agenda/Bottin Flash Voyages
Accueil > Articles
Imprimer  

Actualités du lundi 15 août 2016

En cas de retard, d’annulation ou de surréservation
Volenretard.ca aide les voyageurs
à obtenir indemnisation




Jacob Charbonneau
Depuis quelques semaines, l’entreprise québécoise Volenretard.ca propose aux voyageurs de défendre leurs droits auprès des lignes aériennes en cas de retard, d’annulation ou de surréservation.

« Devoir défendre ses droits devant des compagnies multinationales au budget quasi illimité n’est pas chose facile. Les compagnies aériennes refusent généralement de payer une indemnisation en invoquant une circonstance extraordinaire. La plupart des passagers n’ont pas connaissance de leurs droits et ne possèdent pas suffisamment d’informations ou de temps pour déposer une demande d’indemnisation », fait valoir Volenretard sur son site web.

Volenretard base sa démarche sur les lois internationales qui défendent les voyageurs aériens : la convention de Varsovie, la convention de Montréal, la réglementation européenne (s’appliquant aux vols en provenance et en direction de l’Europe), la réglementation américaine...

« Ces lois énoncent notamment que lorsque votre vol est retardé, annulé ou surréservé, vous pouvez prétendre à une indemnisation d’un montant de 380 $, 600 $ ou 920 $ par passager. Le montant de cette indemnisation ne dépend pas du prix auquel vous avez acheté vos billets, mais de la distance parcourue ainsi que de la provenance et de la destination de votre vol », explique l’entreprise.

Si nous n’obtenons pas de compensation pour votre dossier, vous n’aurez pas à dépenser un seul sou. Pas de rémunération sans résultats.


Les voyageurs souhaitant recourir aux services de Volenretard n’ont qu’à remplir le formulaire sur son site. Bien sûr, on s’attend aussi à ce qu’ils aient conservé les pièces justificatives (contrat ou confirmation de réservation, billet, carte d’embarquement, frais engagés, etc.).

« Nos experts étudieront votre situation pour savoir si vous êtes éligible à une compensation pour un retard, une annulation ou un vol qui fait l’objet d’une surréservation. Nous pouvons également vous aider pour toute autre demande de dédommagement envers une compagnie aérienne », affirme l’entreprise.

AUCUNS FRAIS SANS GAIN DE CAUSE, MAIS 25 % DES GAINS

Volenretard précise n’imposer à ses clients aucuns frais sans gain de cause. Volenretard s’octroie toutefois une commission de 25 % sur les dédommagements obtenus en cas de succès.

« Cela signifie que vous n'aurez rien à payer à l'avance, même si des mesures légales doivent être prises pour défendre vos droits. Nous prendrons ces frais de soutien directement sur le montant versé par le transporteur aérien... [Et] si nous n’obtenons pas de compensation pour votre dossier, vous n’aurez pas à dépenser un seul sou. Pas de rémunération sans résultats », explique l’entreprise.

Volenretard a été cofondée par Jacob Charbonneau, un ancien de Transat (il y a agi à titre de chef national, optimisation des effectifs et contrôle qualité de 2010 à 2015). Outre M. Charbonneau, qui agit comme directeur général, l’équipe d’experts de Volenretard comprend Yanouk Poirier, qui se présente comme un entrepreneur d’expérience, Mathieu Piché-Messier, avocat spécialisé en litige commercial, et Guillaume Rivest, spécialisé en développement des affaires.

POUR SA PART, L’OFFICE DES TRANSPORTS DU CANADA…

Pour sa part, en cas d’interruptions de vol, d’annulations, de correspondances ratées, d’irrégularités des horaires, etc., l’Office des transports du Canada (OTC) recommande d’abord aux Canadiens s’estimant lésés de déposer une plainte par écrit auprès du transporteur aérien.

« C'est souvent le moyen le plus simple et le plus rapide de régler votre différend, indique-t-on. Sauter cette étape peut vous causer des retards supplémentaires. Le transporteur doit être mis au courant de votre plainte et avoir l'occasion d'y répondre avant que l'Office ne puisse agir, le cas échéant. »
Si le passager a déposé une plainte par écrit auprès du transporteur et que les deux parties ne peuvent s’entendre, il peut ensuite déposer une plainte auprès de l’OTC. Pour ce faire, il doit remplir le formulaire de demande en ligne, ce qui prend environ 10 minutes. On trouve ce formulaire sur le site de l’OTC, à
https://services.otc-cta.gc.ca/fra/assistant-plainte.

Un agent de l’OTC examinera la plainte. Les correctifs possibles peuvent inclure une modification de la politique du transporteur aérien ou une indemnisation / un remboursement pour les dépenses.
Toutefois, dans le cas des indemnisations et remboursements, l’OTC signale qu’il est possible qu’il ne puisse pas aider le passager si ce dernier a déjà déposé une demande auprès de la cour ou reçu un remboursement de la part de son assurance.

En outre», prévient-on également, « l'Office ne peut pas exiger du transporteur aérien qu'il verse une indemnité pour dommages-intérêts pour la perte de revenus, la perte de jouissance ou un préjudice moral ou physique subi. Si vous estimez que vous avez droit à de tels dommages-intérêts, vous pourriez consulter un conseiller juridique ».

Serge Abel-Normandin


Mots clés : Volenretard.ca , Jacob Charbonneau , Yanouk Poirier , Mathieu Piché-Messier , Guillaume Rivest ,






La dengue au Vietnam

Marriott International - Ouverture de Moxy London Stratford

Le marché de locations de vacances gagne s'offre un nouvel élan avec CanadaStays rapportant une augmentation de 74% de réservations de séjours en 2017

Accueil | Nos Rubriques | Carrières | Photos | À votre agenda | Éductours | Brochures | Bottin Allo Voyage | Flash Voyages | À propos | Contactez-nous
Politique de confidentialité | Politique de retour et de remboursement
Tout droits réservés © Tourisme Plus 2006